Devenir franchisé: 13- Ouverture – Lancement de l’activité

Lancement De La Fusée, Fusée, Décollage, Nasa
 Le moment tant attendu est enfin arrivé !

 

Le lancement de l’activité est une étape spéciale pour le franchisé et l’enseigne : mélange d’anxiété et de joie !

 

Chaque enseigne accompagne à sa façon le nouveau franchisé lors de son lancement. Certaines enseignes proposent un accompagnement sur plusieurs jours pour permettre au nouveau franchisé de bien prendre ses marques, d’autres ont pris le temps de préparer avec lui cette journée pour lui laisser la mainmise totale ce jour-là.

 

Même si toutes les étapes de préparation ont été correctement planifiées et réalisées, le lancement doit permettre au franchisé et à son équipe de :

 

  • Rôder le discours commercial et l’accueil / réception des clients ;

  • Planifier correctement les tâches de chacun ;

  • Vérifier que l’organisation générale est sans faille.

 

Dans tous les cas, l’enseigne est systématiquement présente, physiquement ou à distance raisonnable, pour aider le franchisé dans cette phase. 

 

Dans la mesure du possible, il peut être nécessaire pour le franchisé de disposer d’un peu de temps (1 à 2 jour(s)) entre la fin de la mise en place et l’ouverture pour prendre un peu de recul et s’assurer que tout sera prêt pour le jour J.

 

Le premier jour, la première semaine et les 2 premiers mois passeront très vite !

 

Comme tout entrepreneur, le franchisé ne devra pas relâcher ses efforts et s’impliquer totalement avec son équipe. Pour autant, il devra simultanément ne pas se « mettre dans le rouge » dès les premiers mois.

 

Le franchisé devra rapidement prendre en compte la gestion de son activité et vérifier que son exploitation (CA, panier moyen, nombre de clients, etc.) est conforme à son prévisionnel (et donc à la montée en puissance qui aura été rigoureusement étudiée), afin de pouvoir réagir à temps si besoin (il est primordial de bien piloter la trésorerie, notamment).

 

Une fois les premiers mois passés, le franchisé pourra trouver une organisation qui lui permette d’avoir un meilleur équilibre personnel et de pouvoir mener à bien toutes les fonctions opérationnelles (gestion quotidienne, management, production, etc.) et toutes les tâches diverses (comptabilité, gestion administrative, payes, etc.) qui lui incombent et qui sont indispensables et chronophages.

 

Nos conseils :

 

Toutes les enseignes accompagnent leurs franchisés dans les premiers mois (et naturellement dans toute la durée du contrat). C’est dans son intérêt et celui du franchisé de réussir le lancement !

 

Le franchisé doit donc être attentif, dans les premiers jours / semaines, aux conseils qui pourraient lui être prodigués. Il sera temps, le moment venu, de prendre un peu d’autonomie et d’indépendance !

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé

 

« Comment tuer, à coup sûr, un réseau naissant : » (Part 1/4)

Une fausse impression de facilité 

 

Afficher l'image d'origine
Tous ceux qui participent aux salons d’entrepreneurs ou de la franchise, ici ou là, ont en tête des concepts qui ont disparu aussi vite qu’ils sont apparus.

 

En complément de ces concepts individuels éphémères, on a pu assister à la naissance de véritables marchés « effets de mode », pour ne pas parler de « coup », qui ont rapidement quitté les écrans radar. Certains, au passage, ont mis nombre de franchisés en sérieuse difficulté (les exemples sont connus) !

 

J’ignore s’il existe en France des statistiques sur l’espérance de vie d’un réseau. 

 

Il est pourtant essentiel de s’interroger sur les raisons qui font qu’un réseau perdure ou disparaît ; si on est candidat pour devenir franchisé, pour ne pas s’embarquer avec un réseau mort-né ; si on est futur franchiseur, pour ne pas envoyer son enseigne et des franchisés potentiels dans le mur.

 

A la lumière de nos expériences et des rencontres que nous faisons régulièrement, nous pouvons raisonnablement souligner quelques erreurs majeures que, consciemment ou non, peuvent commettre les jeunes réseaux au moment de la « franchisation » de leur activité et dans les 24 – 36 mois qui suivent le début de leur activité en franchise.

 

On constate, en définitive, que peu de ceux qui souhaitent devenir franchiseur ont une vision « juste » des principes à suivre pour ne pas sombrer quelques années après le début de leur développement.

 

Il est surprenant de constater que la franchise apparait pour beaucoup comme un moyen simple de se développer et comme une manière de créer de la richesse (la leur, a priori), à bon compte.

 

Cette fausse impression de facilité est à l’origine de nombreux échecs de têtes de réseau et, malheureusement, parfois de franchisés ayant été embarqués dans l’aventure.

 

Cette impression de facilité vient de l’idée, rencontrée régulièrement, qu’il « suffit » d’avoir un contrat plus ou moins bien ficelé, un concept bien « marketé », un DIP plus ou moins complet et un modèle économique plus ou moins validé pour séduire des futurs « partenaires » franchisé ou investisseur qui, tout aussi imprudents, se laissent embringuer par mégarde ou naïveté voire - c’est moins noble, par l’excellence commerciale de la tête de réseau.

 

Cette fausse impression est à l’origine de nombreux déboires ultérieurs et ne fait que renforcer les effets des points qui suivent (dans les articles ultérieurs), lorsqu’elle n’en est pas à l’origine !

(Article 2 : « Une mauvaise notion des besoins financiers », à paraitre le 14/10/2016)

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé

 

« Comment tuer, à coup sûr, un réseau naissant : »

Introduction 

Afficher l'image d'origine
Depuis plusieurs années, nous accompagnons des entrepreneurs dans leur volonté de croissance.

 

Nous rencontrons chaque année un grand nombre de chefs d’entreprise, pour les conseiller dans leur ambition de changer d’échelle et leur apporter des solutions opérationnelles adaptées.

 

Il est frappant de constater les différences culturelles, entrepreneuriales, économiques, pour ne pas dire philosophiques, entre les entreprises « succursalistes » et les entreprises en franchise (ou commerce organisé).

 

Parmi les entrepreneurs rencontrés qui souhaitent devenir franchiseur, nous constatons également deux approches très différentes : ceux qui ont une approche « construite » et ceux qui privilégient une approche plus « intuitive » de la « franchisation » de leur activité.

 

En ce qui nous concerne, notre approche de la franchise est pragmatique : 

 

  • La franchise est, par principe, un sérieux levier de croissance, avantageux à plus d’un titre ;

  • Mais elle est soumise à des règles précises qui nécessitent une réelle expertise de fond ;

  • En outre, comme toute activité entrepreneuriale, la franchise n’est pas une assurance tout risque, bien au contraire. Il est par conséquent primordial de bien en connaitre les inconvénients et les risques ; 

  • Aussi, la franchise ne peut être que la résultante logique d’une réflexion stratégique à moyen et à long termes, pour une entreprise qui souhaite se développer sans avoir les (énormes) moyens financiers de le faire en propre.

 

Après un bon nombre d’expériences vécues qui sont éloignées de notre propre conception (expériences plutôt voisines de l’approche « intuitive »), nous avons décidé de publier une rubrique (en 4 volets) sur un sujet connexe à ces réflexions : Comment tuer, à coup sûr, un réseau naissant ?

 

Nous avons identifié plusieurs « franchise killers » (sans prétendre à l’exhaustivité d’ailleurs) et nous proposons une série de 4 articles successifs sur ce sujet, en espérant qu’ils puissent permettre à des entrepreneurs peu préparés d’y réfléchir à 2 fois avant de se lancer (ou de se faire accompagner sérieusement) mais également de conforter ceux qui pensent la franchise comme une nouvelle étape maturée et planifiée de leur vie d’entrepreneur.

 

(Article 1 : « Une fausse impression de facilité », à paraitre le 12/10/2016)

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé