Devenir franchisé: 12- Signature du contrat

Contrat, Consultation, Stylo, Signature, Papier, Arch
La signature du contrat est souvent un moment solennel. 

 

Pour le franchisé, il s’agit de la concrétisation d’un parcours de plusieurs mois voire de plusieurs années de réflexion puis de mise en place de son projet. Il s’agit également d’un engagement sur plusieurs années avec une enseigne. Il marque également le moment où, en règle générale, le candidat règle (tout ou partie de) son droit d’entrée.

 

Pour l’enseigne, il s’agit également d’un moment important car il vient couronner un travail collectif parfois intense.

 

A ce stade, il ne doit pas y avoir de « surprise » sur le contenu du contrat. Comme un modèle de contrat figure dans le DIP, le candidat a déjà eu tout le loisir d’en prendre connaissance et de lever tous les doutes. 

 

Le Code de déontologie européen de la franchise précise que « le franchiseur accorde à ses franchisés le droit, et impose l’obligation d’exploiter une entreprise en conformité avec le concept du franchiseur. Le droit ainsi concédé autorise et oblige le franchisé, en échange d’une contribution financière directe ou indirecte, à utiliser l’enseigne et/ou la marque de produits et/ou de services, le savoir-faire, et autres droits de propriété intellectuelle, soutenu par l’apport continu d’assistance commerciale et ou technique, dans le cadre et pour la durée d’un contrat de franchise écrit, conclu entre les parties à cet effet. »

 

En outre, le contrat doit clairement fixer, au minimum : 

 

  • Les droits du franchiseur ;

  • Les droits du franchisé ;

  • Les biens et/ou services fournis au franchisé ;

  • Les obligations du franchiseur ;

  • Les obligations du franchisé ;

  • Les conditions financières pour le franchisé ;

  • La durée du contrat, fixée de façon à permettre au franchisé l'amortissement des investissements spécifiques à la franchise ;

  • Les conditions de renouvellement, s'il y a lieu, du contrat ;

  • Les conditions dans lesquelles pourront s'opérer la cession ou le transfert des droits découlant du contrat et les conditions de préemption du franchiseur ;

  • Les conditions d'utilisation par le franchisé des signes de ralliement de la clientèle appartenant au franchiseur : enseigne, marque, marque de service, logo et tous signes distinctifs ;

  • Le droit du franchiseur de faire évoluer son concept de franchise ;

  • Les clauses de résiliation du contrat ;

  • Les clauses prévoyant la récupération par le franchiseur de tout élément corporel ou incorporel lui appartenant -en cas de cessation du contrat avant l'échéance prévue.

 

On peut y ajouter : la zone de chalandise et la notion d’exclusivité territoriale

 

Nos conseils :

 

A la réception du DIP, il est très important de bien analyser le contrat qui y figure. Il est la base de la relation qui sera en vigueur pendant plusieurs années. Il ne faut pas hésiter à se faire conseiller, tant ce point est majeur dans le projet !

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé

 

Devenir franchisé: 10- La formation

École, Retour À L'École, Étudiants, Précédent

 Elément clef dans votre processus d’intégration dans une enseigne, la formation initiale est obligatoire.

 

Son objectif est d’acquérir le savoir-faire du franchiseur, de se former à ses pratiques, méthodes de ventes, fabrication / élaboration des produits (s‘il y a lieu), logiciels, machinerie, gestion du personnel, gestion financière de l’activité, communication, site internet dédié, … Il existe de multiples compétences techniques et pratiques qui peuvent être incluses dans la formation.

 

Les caractéristiques d’une formation varient d’un secteur à l’autre, d’une activité à l’autre, d’une enseigne à l’autre. Chaque enseigne a la liberté de créer sa propre formation initiale, l’enseigne ayant tout intérêt à délivrer une formation de qualité pour que son développement soit performant.

 

En règle générale, la formation se veut théorique puis pratique, souvent directement au sein d’une unité de l’enseigne. Leur durée varie énormément. Certaines enseignes n’ont besoin que de quelques jours alors que d’autres activités nécessitent plusieurs mois de formation initiale.

 

Le coût de la formation est en général compris dans le droit d’entrée. Ce point est à vérifier systématiquement avec l’enseigne.

 

Il est impératif qu’à l’issue de cette formation le futur franchisé dispose d’un bagage pratique solide, lui permettant de lancer son activité dans de bonnes conditions. La réussite de son projet peut en dépendre grandement.

 

En tout état de cause, en fin de formation, le manuel opératoire est remis au candidat. Ce manuel regroupe la totalité du savoir-faire de l’enseigne, dans tous les domaines d’activité, de sorte que le futur franchisé ait réponse à toutes ses problématiques (gestion quotidienne, management, gestion des stocks, etc.). 

 

Nos conseils :

 

Quelle que soit son expérience personnelle, la formation ne doit pas être négligée par le franchisé.

 

Lors des échanges avec l’enseigne, il est important de se renseigner sur le dispositif de formation mis en place pour acquérir le savoir-faire qui fait le concept de l’enseigne choisie.

 

La formation est également une étape qui permet de créer les premiers liens entre l’enseigne et le futur franchisé.

Devenir franchisé: 7- Signature du contrat de réservation de zone

 

Document, Papier, Contrat, Juridiques, Écrit, La Loi
 La signature d’un précontrat ou d’un contrat de réservation de zone est une étape qui n’est pas présente dans toutes les enseignes. Pour autant, bon nombre d’entre elles l’intègre dans leur processus de validation des futurs franchisés. De quoi s’agit-il ?

 

L’objet de ce contrat qui engage le candidat, contrairement au DIP, est de donner la possibilité au futur franchisé de réserver un territoire (région, département, ville, quartier, etc.) dans l’attente de l’obtention d’un local et de ses financements. Ce contrat s’impose au candidat, généralement, si l’enseigne le prévoit dans son processus de recrutement.

 

A la signature de ce contrat, le candidat s’engage à ne pas diffuser le document (engagement de confidentialité) et à entreprendre tout ce qui est nécessaire afin de trouver son futur local, d’essayer d’obtenir les financements et à faire aboutir son projet.

 

Le franchiseur s’engage de son côté à ne pas accorder de droits sur le territoire donné pendant un délai raisonnable (quelques mois en général, renouvelable parfois sous certaines conditions) permettant au futur franchisé de satisfaire aux engagements qu’il prend en signant ce contrat.

 

Ce contrat fait, en règle générale, l’objet d’un versement d’une somme d’argent par le candidat à la franchise, cette somme correspondant à une partie du droit d’entrée. 

 

Elle est perdue si le candidat à la franchise ne signe finalement pas le contrat de franchise et constitue un acompte s’il va au bout du projet. (C’est la pratique générale, le document doit formuler précisément ces dispositions).

 

Pourquoi le franchiseur demande un règlement, à ce stade ? 

 

  • Octroyer une zone à un candidat n’est pas neutre pour lui : pendant un temps donné (inscrit dans le contrat), que le projet aboutisse ou non, aucune autre activité de l’enseigne ne pourra voir le jour sur le territoire dédié par ce contrat. Evidemment, le franchiseur doit refuser la zone considérée à tout autre candidat au risque de perdre beaucoup de temps si le projet ne se réalise finalement pas, ou de voir un concurrent s’installer ;

  • C’est également une dernière forme de filtre : Jusqu’à présent, le franchiseur a probablement engagé quelques frais et naturellement une partie de son temps (ce qui fait partie de son travail pour développer son enseigne). Si le candidat n’est pas prêt à cet investissement à ce stade, c’est qu’il a un doute sur ce projet. Le franchiseur peut ainsi, facilement, s’assurer du plein engagement du candidat avant de se lancer avec lui dans l’accompagnement à la recherche d’un local et de financements. 

 

Ce contrat de réservation de zone doit figurer en annexe du DIP. Il contient peu d’informations spécifiques à l’activité. Il n’a que l’objectif de spécifier la réservation d’une zone pendant une durée déterminée contre une somme définie.

 

Nos conseils :

 

De même que pour le DIP, nous vous recommandons vivement de vous faire assister dans l’analyse, et contrairement à celui-ci, le contrat de réservation vous engage et fait le plus souvent l’objet du versement d’une somme. Il est d’autant plus important à ce stade de vous faire bien entourer et de peser votre décision. Un expert de la Franchise sera à même de vous conseiller efficacement. 

 

Devenir franchisé : 2- Rendez-vous avec le franchiseur

Afficher l'image d'origine

 

 

Après un premier contact téléphonique, le franchiseur vous proposera un rendez-vous avec lui.

 

Ce rendez-vous est très important pour l’enseigne mais également pour le futur franchisé.

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      

Ce premier rendez-vous se déroule en général au siège de l’enseigne, dans le pilote ou dans un magasin (ou activité). Il est fréquent que le franchiseur vous demande de vous déplacer vers lui. 

 

Faites l’effort de vous rendre au rendez-vous, même s’il est éloigné de votre domicile. C’est, en effet, pour le franchiseur, une manière simple de constater si votre projet est mature.

 

Le rendez-vous avec un franchiseur est une « double sélection» :

 

  • le franchiseur se demandera s’il peut vous faire entrer dans son réseau en vérifiant;

  • votre savoir-être,

  • la nature de votre projet et son sérieux,

  • les raisons qui ont milité pour le choix de son enseigne,

  • votre envie (et capacité ?) de devenir entrepreneur,

  • votre expérience managériale et commerciale,

  • également que les informations que vous lui avez envoyées dans le dossier de candidature sont conformes à la réalité (apport personnel par exemple),

  • etc.

 

  • le franchisé devra, de son côté, s’interroger sur sa capacité à travailler avec ce franchiseur pendant la durée d’un (ou plusieurs) contrat(s) :

  • comprendre la culture de l’enseigne et son histoire,

  • les informations du franchiseur sont-elles transparentes ?

  • l’activité est-elle rentable durant la durée d’un contrat ?

  • le métier du franchiseur est-il celui que vous souhaitez exercer finalement ?

  • les informations que le franchiseur vous communique sont-elles cohérentes avec ce que vous savez de l’enseigne ?

  • le franchiseur a-t-il des partenaires référents pour vous aider dans votre projet ?

  • la formation initiale obligatoire est-elle suffisante pour acquérir les savoir-faire indispensables à l’exercice de ce nouveau métier ?

  • l’accompagnement durant la totalité de votre contrat avec le franchiseur,

  • etc.

 

 

Ce moment est donc capital ! 

 

 

Notre conseil :

 

Faites-vous accompagner ! 

 

Ce rendez-vous est fondamental pour la suite de votre projet. Il est donc très important de le préparer en profondeur pour ne pas passer à côté de demandes majeures.

 

 

Rencontrer des franchisés : une bonne solution pour évaluer le métier ?

On vous l’a dit et répété : il est fortement recommandé de rencontrer des franchisés du réseau que vous souhaitez rejoindre. Mais en quoi est-ce une si bonne idée ?

Une démarche facilitée

Sachez tout d’abord que vous n’aurez pas à prendre l’annuaire ou à aller sur les pagesjaunes.fr : en effet, le DIP remis par franchiseur potentiel doit contenir une liste de tous les franchisés du réseau avec leur adresse mais aussi la date d’ouverture de leur business… Vous n’avez aucune excuse, en tous cas pas celle-là pour ne pas vous lancer !

Qui rencontrer ?

Ces visites ne doivent pas s’improviser. Outre une liste de questions précises à dresser, il vous faut sélectionner soigneusement les franchisés auxquels vous rendrez visite.

Vous tâcherez de rencontrer au moins :

  • un franchisé dans votre zone de chalandise, pour évaluer la réalité du marché local ;
  • un franchisé qui est dans la configuration que vous aurez a priori : même taille de ville, même type de clientèle, même taille de point de vente ;
  • un franchisé qui a récemment intégré le réseau ;
  • Et enfin un franchisé de longue date, qui saura être un peu plus critique que son tout jeune collègue !

Quelle évaluation ?

L’objectif principal de ces visites est de vous permettre dévaluer votre aptitude à exercer ce métier là.

Ainsi les points abordés doivent vous faire découvrir l’ambiance d’un point de vente type du réseau qui vous intéresse, de vérifier que cette ambiance vous convient, et éventuellement de vous projeter à la place du franchisé que vous rencontrez.

Faites raconter à ces franchisés leur expérience de chef d’entreprise et les satisfactions qu’ils trouvent dans leur métier, évoquez la réalité des conditions de travail en particulier les difficultés rencontrées au démarrage.

Quelles questions poser ?

C’est aussi le moment où jamais de poser toutes les questions pratiques et concrètes qui vous inquiètent.

Profitez de ces rencontres avec quelques uns de ses franchisés pour valider les informations que le franchiseur vous a données : questionnez-les sur les montants évoqués dans le DIP, sur la réalité des investissements annoncés, ainsi que sur la renommée du concept.

Surtout, faites-vous confirmer la présence et l’accompagnement du franchiseur dans toutes les étapes du lancement de la franchise.

Exemples de questions à poser :

  • depuis combien de temps êtes-vous franchisé ?
  • dans quelle mesure êtes-vous satisfait des prestations du franchiseur ?
  • Concrètement, comment le franchiseur vous a-t-il accompagné (nombre de visites, formations, etc..)
  • Etes-vous content d’avoir rejoint ce réseau
  • Est-ce que les performances sont conformes à ce que l’on vous avait annoncé ?
  • etc..

Pour conclure, soyez conscient que cette évaluation peut être biaisée par le profil des franchisés rencontrés : vous pouvez ne rencontrer que des franchisés heureux ou que des franchisés « déçus » !

Alors, oui, rencontrer des franchisés est une des solutions pour évaluer votre futur réseau, mais ce ne sera pas la seule !