« Comment tuer, à coup sûr, un réseau naissant : » (Part 2/4)

Une mauvaise notion des besoins financiers 

 

L’impression de facilité de la création de ce modèle d’entreprise (lien vers l’article précédent sur le blog) se double, régulièrement, d’une très mauvaise approche des besoins financiers indispensables à la création d’un système organisé.

 

Peu d’entrepreneurs « intuitifs », qui pensent à la franchise comme un axe de leur développement ont, en effet, une réelle idée des besoins nécessaires pour lancer leur réseau proprement et durablement.

 

Si l’on prend en compte, tout d’abord, les besoins inhérents à la « franchisation » de l’activité, il est primordial de disposer de fonds permettant de :

 

  • Mettre en place la stratégie de la tête de réseau si la duplicabilité est avérée ;

  • Créer puis mettre en place tous les outils nécessaires au développement (DIP et contrats, partenariats divers, outils marketing, outils de recrutement, outils de gestion d’entreprise, etc.) ;

  • Définir et mettre en œuvre une stratégie de communication globale pour créer puis asseoir une visibilité.

 

Ces besoins et coûts non exhaustifs s’entendent sans la création d’une activité référente préalable, souvent appelée « Pilote ».

 

Une partie des coûts de la franchisation peut être pris en compte par les associés s’ils sont en mesure de définir la stratégie et créer les outils par eux-mêmes. Pour autant, les outils juridiques et marketing nécessiteront immanquablement des experts et, par conséquent, des besoins financiers.

 

Si les associés n’ont pas toutes les compétences pour structurer (au sens le plus large du terme) un réseau de franchise, il sera totalement indispensable de faire appel à un cabinet de développement externe ! S’en exonérer est suicidaire, dans ce cas.

 

A ces coûts initiaux, s’ajoutent les coûts en temps (et donc en argent) nécessaires à la création de la notoriété de la nouvelle enseigne et les coûts liés au(x) premier(s) recrutement(s).

 

Si la tête de réseau n’a pas anticipé ce besoin financier, sur 18 - 24 mois, davantage parfois, la trésorerie fondra comme neige au soleil et le réseau titubera puis implosera !

 

(Article 3 : « une surchauffe induite de recrutements », à paraitre le 17/10/2016)

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé

 

Print Friendly