strategy

Ouvrir une franchise, un état d’esprit ?

En d’autres termes, faut-il une mentalité particulière pour se lancer en tant que franchisé ?

La réponse – positive –  en quatre points.

Etre entrepreneur

Créer son entreprise, qu’elle soit ou pas en franchise, puis la diriger au quotidien, gérer l’incertitude, manager des équipes,  être commercial : toutes ces compétences sont nécessaires pour créer son entreprise, en franchise ou pas.

Et cela reste un défi, un challenge, que seule une personnalité à l’esprit entrepreuneurial sera capable, toutes choses égales par ailleurs, de mener à bien.

Renoncer à une forme d’indépendance

Pour autant, être en franchise signifie devoir rogner sur son indépendance. Et c’est d’ailleurs ce qui fait que la franchise permet de réduire les risques inhérents à la création d’entreprise.

Vous évitez la création à partir de rien : vous bénéficiez de tarifs avantageux de la part de fournisseurs, vous pouvez partager des expériences et s’inspirer d’autres franchisés.  L’esprit coopératif est un des points forts de la franchise.

Adopter la culture du franchiseur

C’est peut-être là que la spécificité de l’état d’esprit du chef d’entreprise en franchise est la plus visible ; En effet, rejoindre un réseau de franchise, c’est aussi accepter d’adhérer à une culture qui n’est pas la notre, et qui existe déjà. On peut dire que le franchisé est un coureur de relais : il court seul mais en faisant partie d’une équipe.

Analyser, analyser et analyser

En effet, se lancer dans la franchise a un coût important : droits d’entrée, royalties, sans compter les frais liés à l’emplacement, l’achat du stock etc…Il est donc impératif de cibler avec discernement la franchise que vous rejoindrez mais aussi de lire, relire et faire relire, mais aussi analyser et faire analyser tous les documents qui vous seront remis par le franchiseur, en particulier le DIP et le contrat de franchise. En outre, ne passez pas à  côté de l’étude commerciale (voir notre article sur la nécessité de réaliser une étude commerciale).

Alors, avez-vous l’état d’esprit ?

Print Friendly