Devenir franchisé: 13- Ouverture – Lancement de l’activité

Lancement De La Fusée, Fusée, Décollage, Nasa
 Le moment tant attendu est enfin arrivé !

 

Le lancement de l’activité est une étape spéciale pour le franchisé et l’enseigne : mélange d’anxiété et de joie !

 

Chaque enseigne accompagne à sa façon le nouveau franchisé lors de son lancement. Certaines enseignes proposent un accompagnement sur plusieurs jours pour permettre au nouveau franchisé de bien prendre ses marques, d’autres ont pris le temps de préparer avec lui cette journée pour lui laisser la mainmise totale ce jour-là.

 

Même si toutes les étapes de préparation ont été correctement planifiées et réalisées, le lancement doit permettre au franchisé et à son équipe de :

 

  • Rôder le discours commercial et l’accueil / réception des clients ;

  • Planifier correctement les tâches de chacun ;

  • Vérifier que l’organisation générale est sans faille.

 

Dans tous les cas, l’enseigne est systématiquement présente, physiquement ou à distance raisonnable, pour aider le franchisé dans cette phase. 

 

Dans la mesure du possible, il peut être nécessaire pour le franchisé de disposer d’un peu de temps (1 à 2 jour(s)) entre la fin de la mise en place et l’ouverture pour prendre un peu de recul et s’assurer que tout sera prêt pour le jour J.

 

Le premier jour, la première semaine et les 2 premiers mois passeront très vite !

 

Comme tout entrepreneur, le franchisé ne devra pas relâcher ses efforts et s’impliquer totalement avec son équipe. Pour autant, il devra simultanément ne pas se « mettre dans le rouge » dès les premiers mois.

 

Le franchisé devra rapidement prendre en compte la gestion de son activité et vérifier que son exploitation (CA, panier moyen, nombre de clients, etc.) est conforme à son prévisionnel (et donc à la montée en puissance qui aura été rigoureusement étudiée), afin de pouvoir réagir à temps si besoin (il est primordial de bien piloter la trésorerie, notamment).

 

Une fois les premiers mois passés, le franchisé pourra trouver une organisation qui lui permette d’avoir un meilleur équilibre personnel et de pouvoir mener à bien toutes les fonctions opérationnelles (gestion quotidienne, management, production, etc.) et toutes les tâches diverses (comptabilité, gestion administrative, payes, etc.) qui lui incombent et qui sont indispensables et chronophages.

 

Nos conseils :

 

Toutes les enseignes accompagnent leurs franchisés dans les premiers mois (et naturellement dans toute la durée du contrat). C’est dans son intérêt et celui du franchisé de réussir le lancement !

 

Le franchisé doit donc être attentif, dans les premiers jours / semaines, aux conseils qui pourraient lui être prodigués. Il sera temps, le moment venu, de prendre un peu d’autonomie et d’indépendance !

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé

 

Devenir franchisé: 12- Signature du contrat

Contrat, Consultation, Stylo, Signature, Papier, Arch
La signature du contrat est souvent un moment solennel. 

 

Pour le franchisé, il s’agit de la concrétisation d’un parcours de plusieurs mois voire de plusieurs années de réflexion puis de mise en place de son projet. Il s’agit également d’un engagement sur plusieurs années avec une enseigne. Il marque également le moment où, en règle générale, le candidat règle (tout ou partie de) son droit d’entrée.

 

Pour l’enseigne, il s’agit également d’un moment important car il vient couronner un travail collectif parfois intense.

 

A ce stade, il ne doit pas y avoir de « surprise » sur le contenu du contrat. Comme un modèle de contrat figure dans le DIP, le candidat a déjà eu tout le loisir d’en prendre connaissance et de lever tous les doutes. 

 

Le Code de déontologie européen de la franchise précise que « le franchiseur accorde à ses franchisés le droit, et impose l’obligation d’exploiter une entreprise en conformité avec le concept du franchiseur. Le droit ainsi concédé autorise et oblige le franchisé, en échange d’une contribution financière directe ou indirecte, à utiliser l’enseigne et/ou la marque de produits et/ou de services, le savoir-faire, et autres droits de propriété intellectuelle, soutenu par l’apport continu d’assistance commerciale et ou technique, dans le cadre et pour la durée d’un contrat de franchise écrit, conclu entre les parties à cet effet. »

 

En outre, le contrat doit clairement fixer, au minimum : 

 

  • Les droits du franchiseur ;

  • Les droits du franchisé ;

  • Les biens et/ou services fournis au franchisé ;

  • Les obligations du franchiseur ;

  • Les obligations du franchisé ;

  • Les conditions financières pour le franchisé ;

  • La durée du contrat, fixée de façon à permettre au franchisé l'amortissement des investissements spécifiques à la franchise ;

  • Les conditions de renouvellement, s'il y a lieu, du contrat ;

  • Les conditions dans lesquelles pourront s'opérer la cession ou le transfert des droits découlant du contrat et les conditions de préemption du franchiseur ;

  • Les conditions d'utilisation par le franchisé des signes de ralliement de la clientèle appartenant au franchiseur : enseigne, marque, marque de service, logo et tous signes distinctifs ;

  • Le droit du franchiseur de faire évoluer son concept de franchise ;

  • Les clauses de résiliation du contrat ;

  • Les clauses prévoyant la récupération par le franchiseur de tout élément corporel ou incorporel lui appartenant -en cas de cessation du contrat avant l'échéance prévue.

 

On peut y ajouter : la zone de chalandise et la notion d’exclusivité territoriale

 

Nos conseils :

 

A la réception du DIP, il est très important de bien analyser le contrat qui y figure. Il est la base de la relation qui sera en vigueur pendant plusieurs années. Il ne faut pas hésiter à se faire conseiller, tant ce point est majeur dans le projet !

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé

 

Devenir franchisé: 11- Préparation à l’ouverture – lancement

Afficher l'image d'origine
 A ce stade, la vie du candidat est souvent compliquée.

 

Entre formation initiale et aménagement des locaux, le candidat a mille choses à penser et faire !

 

Lorsque la formation a déjà eu lieu, l’enseigne a remis au candidat son manuel opératoire, dans lequel il doit pouvoir trouver nombre de réponses à ses difficultés ou interrogations du moment.

 

Parmi tout ce qu’il y a à faire, quelles sont les priorités ?

 

  • Avoir une bonne organisation personnelle :

 

A ce stade, le candidat doit tout gérer en même temps.

 

S’il a correctement préparé cette étape (échanges avec les franchisés, échanges avec l’enseigne, échanges pendant la formation), il aura pensé à créer, avec le franchiseur qui le conseille sur ce point, un « retroplanning » d’ouverture, qui lui indiquera la liste des dernières priorités et de toutes les tâches à réaliser avant le jour J. 

 

Il devra, en outre, penser à créer sa société si celle-ci n’a pas déjà été créée dans une étape précédente.

 

  • Recruter les salariés :

 

En fonction de l’activité choisie, le candidat devra recruter ses premiers collaborateurs. Recruter n’est jamais un acte anodin, il peut engager parfois la réussite de l’entreprise et du projet.

 

Le soutien de l’enseigne est alors primordial. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des informations importantes dans le manuel opératoire qui traite de cette phase (processus de recrutement des salariés, fiche de poste type, rémunération type, diplôme requis, documents d’embauche type, etc.). Il est judicieux de s’y reporter. Dans certains cas, l’enseigne peut également former tout ou partie de ces salariés.

 

  • Terminer les travaux d’aménagement :

 

A mesure que la date d’ouverture approche, l’anxiété monte. Terminer les travaux d’aménagement est nécessairement une priorité majeure car ils conditionnent souvent la date d’ouverture. Il n’est pas rare, à ce sujet, qu’ils ne soient terminés que quelques jours avant la date fixée.

 

Le candidat est soumis à l’avancement des différents corps de métier qui réalisent son chantier. Pour autant, il est inconcevable de ne pas être présent sur le chantier car il n’est jamais trop prudent de tout vérifier, même si un architecte est dédié au projet.

 

  • Terminer les travaux d’agencement :

 

Une fois les travaux terminés, l’étape de l’agencement intérieur (et extérieur) arrive.

 

L’enseigne aura pris le temps, au cours des mois qui précèdent ce moment, de travailler cette phase avec le candidat afin de :

  • Optimiser l’espace (zone de vente, zone d’accueil, etc.) ;

  • Prévoir la totalité de l’agencement (PLV intérieur et extérieur, aménagements spécifiques métier).

 

Cette phase peut durer plusieurs jours. Lorsqu’elle est terminée, il est alors temps, si l’activité le nécessite, de réceptionner les stocks, de les mettre en place, d’organiser les premières ventes, de briefer ses collaborateurs.

 

  • Organiser la communication d’ouverture :

 

Quelle que soit l’activité, cette phase est extrêmement importante. Dans la création de sa franchise, tout candidat recevra des conseils avisés de la part de son enseigne sur ce point. 

 

Si la communication nationale incombe à l’enseigne, la communication locale est de la responsabilité du franchisé. C’est à lui de faire connaitre son activité dans son entourage (en fonction de sa zone de chalandise). 

 

La communication d’ouverture peut débuter plus tôt qu’à cette étape. Cela peut dépendre des projets. 

 

Pour autant, quel que soit le moment où commence cette communication, tous les moyens de se faire connaitre sont bons : affiche 4*3, banderole indicative d’ouverture pendant les travaux, distribution de flyers / échantillon, encart dans la presse locale / newsletter de la mairie, mobilisation des réseaux sociaux, etc. 

 

L’objectif est de créer une attente et de démarrer l’activité dans de bonnes conditions et d’avoir des premiers prospects / clients dès le lancement.

 

 

Nos conseils :

 

Création de la société : choisir précautionneusement votre statut juridique !

 

En règle générale, au cours de cette étape, le franchiseur sera très présent à vos côtés, avec ses différentes équipes. Sans être une règle absolue, la préparation de l’ouverture conditionne énormément le début de l’activité et la réussite du lancement.

 

Il faut donc être rigoureux et vigilant !

 

 

JL Fumey, Avenir Franchise / Devenir Franchisé

Devenir franchisé: 10- La formation

École, Retour À L'École, Étudiants, Précédent

 Elément clef dans votre processus d’intégration dans une enseigne, la formation initiale est obligatoire.

 

Son objectif est d’acquérir le savoir-faire du franchiseur, de se former à ses pratiques, méthodes de ventes, fabrication / élaboration des produits (s‘il y a lieu), logiciels, machinerie, gestion du personnel, gestion financière de l’activité, communication, site internet dédié, … Il existe de multiples compétences techniques et pratiques qui peuvent être incluses dans la formation.

 

Les caractéristiques d’une formation varient d’un secteur à l’autre, d’une activité à l’autre, d’une enseigne à l’autre. Chaque enseigne a la liberté de créer sa propre formation initiale, l’enseigne ayant tout intérêt à délivrer une formation de qualité pour que son développement soit performant.

 

En règle générale, la formation se veut théorique puis pratique, souvent directement au sein d’une unité de l’enseigne. Leur durée varie énormément. Certaines enseignes n’ont besoin que de quelques jours alors que d’autres activités nécessitent plusieurs mois de formation initiale.

 

Le coût de la formation est en général compris dans le droit d’entrée. Ce point est à vérifier systématiquement avec l’enseigne.

 

Il est impératif qu’à l’issue de cette formation le futur franchisé dispose d’un bagage pratique solide, lui permettant de lancer son activité dans de bonnes conditions. La réussite de son projet peut en dépendre grandement.

 

En tout état de cause, en fin de formation, le manuel opératoire est remis au candidat. Ce manuel regroupe la totalité du savoir-faire de l’enseigne, dans tous les domaines d’activité, de sorte que le futur franchisé ait réponse à toutes ses problématiques (gestion quotidienne, management, gestion des stocks, etc.). 

 

Nos conseils :

 

Quelle que soit son expérience personnelle, la formation ne doit pas être négligée par le franchisé.

 

Lors des échanges avec l’enseigne, il est important de se renseigner sur le dispositif de formation mis en place pour acquérir le savoir-faire qui fait le concept de l’enseigne choisie.

 

La formation est également une étape qui permet de créer les premiers liens entre l’enseigne et le futur franchisé.

Devenir franchisé: 9- Lancer les travaux d’aménagement

Inscrivez Vous Sur La Route, Travaux De Construction

Cette phase marque le début de la concrétisation du projet, après la garantie d’avoir obtenu les financements indispensables à la montée du projet.

 

Tous les candidats à la franchise ne sont pas des experts du BTP ! Pour autant, ils devront s’intéresser très sérieusement à cette étape.

 

Plusieurs solutions s’offrent aux candidats :

 

  • L’enseigne dispose de prestataires

 

En général, toutes les enseignes disposent de prestataires en capacité de réaliser tous les travaux d’aménagement des locaux commerciaux conformément aux spécificités de leur concept.

 

Pour le franchisé, il est largement plus simple de faire confiance à ces prestataires, l’enseigne ayant logiquement pris le soin de les référencer, dans son intérêt.

 

  • L’enseigne dispose de prestataires mais le candidat préfère ne pas en bénéficier 

 

Ce cas est relativement fréquent, les candidats à la franchise estimant (souvent à tort) qu’ils pourront trouver localement des artisans en capacité de les aider à moindre coût.

 

Si le candidat choisit cette option, il devra :

 

    • Obtenir de la part de l’enseigne le cahier des charges techniques. Ce document regroupe toutes les caractéristiques techniques indispensable pour le bon fonctionnement de l’activité ;

    • Respecter toutes les caractéristiques architecturales / aménagement de l’enseigne ;

    • Evaluer l’enveloppe budgétaire précise et vérifier avec l’enseigne la cohérence des investissements, une fois tous les devis récupérés.

 

  • L’enseigne ne dispose pas de prestataires

 

Ce cas est assez rare en définitive. Le candidat doit vérifier les raisons de ce choix de l’enseigne !

 

Nos conseils :

 

Quelle que soit la solution prise par le candidat, il devra être très vigilant au cours de cette étape et devra vérifier régulièrement que les travaux sont réalisés conformément au cahier des charges techniques et qu’ils avancent dans les délais permettant un lancement dans les dates prévues. Tout retard peut, en effet, être préjudiciable, notamment si l’activité a des impératifs de saisonnalité.

 

Le candidat est totalement libre de faire appel à ses propres prestataires et n’a strictement aucune obligation de choisir les prestataires référencés par l’enseigne.

 

Il est seulement impératif d’y réfléchir à deux fois avant de décider ! Le mieux est toujours l’ennemi du bien et il n’est pas rare que le candidat perde beaucoup de temps ou d’énergie pour gagner quelques milliers d’euros.

Devenir franchisé: 8- Mise en place du projet – local et financement

A ce stade de votre parcours pour intégrer une enseigne, les démarches qui suivent sont extrêmement importantes. En outre, elles peuvent s’avérer longues et nécessiter de la persévérance.

 

Il s’agit de la recherche d’un local (lorsque cela est nécessaire, ce qui est le cas d’un grand nombre d’enseignes) et la recherche des financements.

 

  • Le local commercial :

 

Carte, Emplacement, Navigation, Symbole, Destination
 Rechercher un local commercial est une démarche relativement difficile. En effet, une multitude de critères internes et externes à l’enseigne sont à prendre en compte, en plus du bail (qui est un aspect majeur) : coût locatif (loyer, charges diverses, dépôt de garantie), autorisation pour l’activité (certaines copropriétés interdisent telle ou telle activité dans leur local), visibilité, parking, surface, longueur de façade, agencement, facilité de stockage et d’accès, étages, proximité des transports en commun et axe passant, concurrence, etc. La liste est extrêmement longue. 

 

Comment trouver ce « graal » ?

 

Plusieurs solutions s’offrent au futur franchisé :

 

11- Le futur franchisé recherche son local lui-même :

 

Si le futur franchisé connait bien la zone dans laquelle il souhaite s’implanter (sous réserve d’acceptation de l’enseigne), il a intérêt à chercher le local par ses propres moyens. 

 

  • L’enseigne dispose d’un service en interne :

 

Le futur franchisé se verra proposer des locaux connus par l’enseigne. Cette solution comporte l’avantage de permettre au futur franchisé d’être plus serein dans cette démarche. Elle a comme inconvénient que le futur franchisé peut se voir « suggérer fortement » tel local si la stratégie de l’enseigne le prévoit ainsi ou parce qu’elle n’en dispose pas d’autres dans la même zone.

 

  • Le futur franchisé fait appel à des experts :

 

En complément des recherches personnelles, il peut être avantageux de solliciter des agents immobiliers qui, en général, connaissent bien dans leur zone le marché des locaux commerciaux et qui ont souvent une réelle plus-value. Attention toutefois à ne pas s’engager avec un mandat exclusif et aux frais qu’ils peuvent demander !

 

Quelle que soit la solution que le futur franchisé adopte, il est impératif que l’enseigne valide ce local, ce que font toutes les enseignes en général. En effet, en règle générale, le franchiseur aura toujours le dernier mot quant au choix de l’emplacement : il est le mieux placer pour savoir ce qui correspond à son enseigne et dissuadera le futur franchisé de s’orienter vers un local qu’il estime risqué même si, à l’inverse, il ne peut pas l’imposer stricto sensu.

 

Remarque : Si le local est trouvé avant la remise du DIP (certains candidats disposent d’un local préalablement), un état du marché local sera inséré dans le DIP. Dans le cas contraire, cet état local du marché vous sera remis obligatoirement par l’enseigne au moment où elle l’aura validé définitivement.

 

  • Les financements : 

 

Euro, 1, Pièce De Monnaie, Monnaie, Europe, Argent
 La recherche des financements est souvent, comme la recherche du local, un long chemin de croix !

 

A ce stade, il est important de bien analyser (avec l’enseigne en général) le modèle économique de votre projet (apport personnel, liste des investissements, besoin en emprunt bancaire ou autre apport).

 

A ce stade, il est impératif de disposer d’un expert-comptable avec qui le futur franchisé montera son « business plan ». 

 

Parfois, il est également intéressant de faire appel à un courtier en financement qui maitrise la constitution des dossiers bancaires et qui peut être de fort bon conseil sur toutes les aides existantes en dehors des circuits bancaires traditionnels. Il existe, en effet, d’autres pistes de financement complémentaire à étudier : les prêts d’honneurs, les lever de fonds, les associés, les aides diverses (ACRES, PCE, NACRE, ARE de pôle emploi, …) et les garanties (BPI France, France Active).

 

En tout état de cause, dans la constitution du dossier de financement, le futur franchisé doit veiller :

 

  • Aux montants des investissements initiaux au démarrage du projet ;

  • A ce que son apport personnel lui permette d’emprunter le nécessaire pour monter le projet (en règle générale, les banques demandent 25 à 40% d’apport personnel) ;

  • Au besoin en fond de roulement ou besoin en trésorerie initiale pour assurer la montée en puissance de l’activité ;

  • A son plan de financement sur trois ans qui indiquera la réalité de la viabilité de son projet sur la durée.

 

Remarques : l’analyse prévisionnelle ne fait pas tout ! Les banques s’attachent souvent aussi au parcours et à la motivation du futur franchisé sans négliger la « réputation » de l’enseigne. 

 

 

 

Nos conseils :

 

Cette étape est souvent très longue. Le futur candidat pourra essuyer plusieurs refus bancaires. Cette étape demande de la persévérance et nécessite de se faire entourer d’experts en capacité de veiller à ne pas commettre d’erreurs irréparables.

D’expérience, de nombreux projets échouent par manque de fiabilité dans les données financières ou dans l’absence de maitrise des bases de la gestion financière (trésorerie, BFR, etc.).

Soyez accompagné !

 

Devenir franchisé: 7- Signature du contrat de réservation de zone

 

Document, Papier, Contrat, Juridiques, Écrit, La Loi
 La signature d’un précontrat ou d’un contrat de réservation de zone est une étape qui n’est pas présente dans toutes les enseignes. Pour autant, bon nombre d’entre elles l’intègre dans leur processus de validation des futurs franchisés. De quoi s’agit-il ?

 

L’objet de ce contrat qui engage le candidat, contrairement au DIP, est de donner la possibilité au futur franchisé de réserver un territoire (région, département, ville, quartier, etc.) dans l’attente de l’obtention d’un local et de ses financements. Ce contrat s’impose au candidat, généralement, si l’enseigne le prévoit dans son processus de recrutement.

 

A la signature de ce contrat, le candidat s’engage à ne pas diffuser le document (engagement de confidentialité) et à entreprendre tout ce qui est nécessaire afin de trouver son futur local, d’essayer d’obtenir les financements et à faire aboutir son projet.

 

Le franchiseur s’engage de son côté à ne pas accorder de droits sur le territoire donné pendant un délai raisonnable (quelques mois en général, renouvelable parfois sous certaines conditions) permettant au futur franchisé de satisfaire aux engagements qu’il prend en signant ce contrat.

 

Ce contrat fait, en règle générale, l’objet d’un versement d’une somme d’argent par le candidat à la franchise, cette somme correspondant à une partie du droit d’entrée. 

 

Elle est perdue si le candidat à la franchise ne signe finalement pas le contrat de franchise et constitue un acompte s’il va au bout du projet. (C’est la pratique générale, le document doit formuler précisément ces dispositions).

 

Pourquoi le franchiseur demande un règlement, à ce stade ? 

 

  • Octroyer une zone à un candidat n’est pas neutre pour lui : pendant un temps donné (inscrit dans le contrat), que le projet aboutisse ou non, aucune autre activité de l’enseigne ne pourra voir le jour sur le territoire dédié par ce contrat. Evidemment, le franchiseur doit refuser la zone considérée à tout autre candidat au risque de perdre beaucoup de temps si le projet ne se réalise finalement pas, ou de voir un concurrent s’installer ;

  • C’est également une dernière forme de filtre : Jusqu’à présent, le franchiseur a probablement engagé q